Theme 3 Microbiology of diabetic foot ulcers

PI: Jean-Philippe Lavigne

En raison de l’utilisation massive et souvent intempestive des antibiotiques, les bactéries ont pu développer des mécanismes de résistance contre la plupart des familles d’antibiotiques disponibles actuellement. Cette évolution a été particulièrement spectaculaire depuis une vingtaine d’années. La transmission possible des gènes codant pour les mécanismes de résistance entre différentes espèces bactériennes a provoqué l’émergence, notamment dans le milieu hospitalier, de bactéries multirésistantes voire totorésistantes qui posent de manière croissante des difficultés en thérapeutique courante. Ce problème majeur de Santé Publique se heurte également à une réalité : le quasi-désengagement des laboratoires pour le développement de nouvelles molécules antibiotiques.
Notre équipe travaille sur deux pathologies particulièrement pourveuses de bactéries multirésistantes: la pathologie du pied chez le patient diabétique (dont plus de 35% des souches isolées en particulier S. aureus sont multirésistantes) et les infections urinaires récidivantes. Le but de notre équipe est d’étudier le potentiel de virulence de ces souches multirésistantes, trouver des outils pour différencier les infections des colonisations, connaître l’organisation de ces microbiotes présentes dans ces infections chroniques et l’impact des antibioitques sur ces microbiotes es pour mieux utiliser les antibiotiques et réduire ainsi l’apparition de résistance.theme 3 figure